ÉDITION 2

Blessés, mutilés, torturés, violés, tués, obligés de fuir, soumis aux privations, témoins des violences subies par leurs proches ou de la mort de ceux-ci, enrôlés de force ou depuis toujours condamnés à vivre dans une société guerrière, les enfants ont une expérience totale des violences de masse, une mémoire et une parole à part entière.  
Bien loin des « direct live » de nos écrans, l’image dessinée est arrêtée. Le temps est suspendu. L’hypermnésie du traumatisme va parfois figer l’instant de l’attaque dans une image aux détails presque photographiques. Les tracés des trajectoires des balles et des bombes nous disent la cible précise dans les scènes d’attaque. L’instant de la mise à mort est partout représenté, comme le sont les armes qui l’infligent – machettes, avions, hélicoptères, bombes, barils explosifs, véhicules blindés, fusils d’assaut… Les corps sont omniprésents. Les corps dans la fuite, dans l’effroi, cet au-delà de la peur. Les corps abîmés. Les corps morts.

https://static.wixstatic.com/media/b6908b_855826277f8842b097bca8419e830590~mv2.jpg/v1/fill/w_796,h_1014,al_c,q_85,usm_0.66_1.00_0.01/b6908b_855826277f8842b097bca8419e830590~mv2.jpg
Ces dessins montrent, tout comme ils nous aident à faire d’un insoutenable un imaginable. Car si ces corps abîmés avaient été photographiés, nos yeux auraient fui l’image. Dans la figuration dessinée, nous pouvons les regarder. C’est notre relation à la violence et à sa représentation qui est questionnée. Si le dessin peut créer une distanciation, la puissance graphique et narrative des enfants a toutefois le pouvoir de nous affecter profondément. En cela, elle participe aux mémoires plurielles des sociétés, à la documentation sur les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocides, à nos défis de justice internationale.

• Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’exposition présentée au Mucem de Marseille du XXX au 2 mai 2021.