Presse

Août 2018

« Des crayons et des kalachnikovs »

18/03/2018

Journal « 64' Le monde en français » : Interview de Zérane S. Girardeau « Enfance : quand les dessins "disent" la guerre et les horreurs »

17/02/2018

Entretien avec la directrice artistique Zérane Girardeau « Comment les enfants de Syrie dessinent sous les bombes », par Anne Crignon

Sauver les dessins que font les enfants sous les bombes dans tous les pays en guerre est le travail mené pendant trois ans par Zérane Girardeau. L’hiver 2017, ces dessins venus de Syrie, du Nigeria ou du Darfour, ont été exposés à la médiathèque André Malraux de Strasbourg et vus par un public nombreux. Parrainé par un dessinateur, Enki Bilal, et une anthropologue, Françoise Héritier, un livre est né de cette initiative sans précédent.

Consulter l’article sur L’Obs.

janvier 2018

« L'horreur à hauteur d’enfant »

14/12/2017

« Coups de crayon enfantins contre les affres de la guerre », par Virginie Bloch-Lainé

« Collecter des dessins d’enfants témoins de guerres et de génocides pour en faire un livre et les exposer : la démarche est inédite, et symptomatique de la place que tiennent les enfants dans la société occidentale. (…) La commissaire d’exposition Zérane S. Girardeau est à l’origine de cette initiative dont Françoise Héritier, récemment disparue, fut la bonne fée. Consultée dès le début de l’aventure, dispensatrice de conseils et d’encouragements, l’anthropologue distingue des constantes dans ces dessins d’enfants, qui balaient un siècle de conflits et plusieurs continents : l’effroi, tel est leur dénominateur commun. »

Consulter l’article sur Libération.fr.

13/12/2017

« Dessins d'enfants, guerres d'adultes », par Gabrielle Napoli

« Fruit d’un travail considérable de collecte et d’archivage, cet ouvrage est aussi l’expression d’une volonté, celle de faire voir la violence, d’interroger tous les implicites de la représentation, par l’enfant, d’une scène de guerre, et de faire entendre des dialogues entre ces enfants, des artistes et des spécialistes en sciences humaines. Et ce sous l’œil brillant et sensible de Françoise Héritier qui a accompagné ce projet et signe la préface de l’ouvrage.

(…) L’ouvrage a une très forte charge émotionnelle, évidemment, de par la nature même des représentations qui sautent aux yeux et prennent à la gorge, mais sa dimension artistique et scientifique n’est pas à négliger.

(…) Ces dessins (…) ouvrent on peut l’espérer un autre espace de pensée de la représentation. Cela permet, et c’est un enjeu éthique majeur, de poser la scène de la « violence universelle » évoquée par Françoise Héritier sans qu’il soit possible de l’occulter, en l’extirpant du magma insupportable de l’image en continu. Et d’enfin nous obliger à la regarder en face. »

Consulter l’article sur En attendant Nadeau.

30/11/2017

Exposition ‘Déflagrations’ : entretien avec Zérane Girardeau. Par Virginie de Galzain.

« Une exposition bouleversante et historique, tant par la force de ce qu’elle raconte, les réflexions urgentes qu’elle suscite et son caractère inédit : des dessins réalisés par des enfants témoins, victimes et parfois acteurs des guerres, conflits et crimes de masse au cours des 100 dernières années. Pour la première fois, ces paroles graphiques sont rassemblées, valorisées et données à voir et à lire comme source d’Histoire et d’histoires. Témoignages d’une force inouïe, ces dessins sont l’expression très concrète et brutale des souffrances causées par les horreurs vues et vécues. Des traces de mémoire, d’histoire et de traumatisme, de l’inhumanité la plus inimaginable jusqu’à la capacité de survie, d’espoir et de rêve. (…) Entretien exclusif avec Zérane Girardeau, une femme engagée à la détermination indéfectible. »

Consulter l’article sur Le blog de Virginie de Galzain.

27/11/2017

« Les dessins des enfants de la guerre comme pièces à conviction », par Stéphanie Maupas (La Haye)

« Initialement, je n’ai pas pensé à l’aspect juridique. Mais je me souviendrais toute ma vie du premier dessin. J’ai vu cet enfant dessiner les Janjawid et j’étais totalement fasciné. C’était exactement ce que je savais des Janjawids. Il y a très peu de photos de cette milice, très peu de vidéos. (…) On peut être là avant ou après, mais personne n’est là pendant les crimes. Et tout à coup on avait cette représentation visuelle des crimes. (…) Au Darfour, tous les enfants racontaient la même chose avec leurs crayons. Ils ne faisaient évidemment pas les mêmes dessins, mais ils racontaient le même mode opératoire. » (Olivier Bercault)

Consulter l’article sur JusticeInfo.net.

27/11/2017

« Déflagrations, l'exposition qui met en scène les dessins d'enfants victimes des guerres », par Annabel Benhaiem

Donner une mémoire, une parole et un statut à ces enfants, acteurs de l’Histoire, voilà le pari que cette exposition relève.

« Si nous devions regarder ces mêmes scènes photographiées ou filmées, elles deviendraient insoutenables. C’est le langage intime du dessin qui va nous faire approcher de ces scènes et imaginer cet instant de l’inhumain au cœur de l’humain. » (Zérane)

Consulter l’article sur l’Huffpost.

 

25/11/2017

Émission « La marche du monde » par Valérie Nivelon « Déflagrations : les enfants dans la guerre »

21/11/2017

« Le silence éloquent des dessins de guerre », par Stéphane Dreyfus

« Un livre que l’on n’ouvre pas facilement, car ces esquisses tracées parfois à la hâte nous font accéder à l’indicible de la guerre. »

Consulter l’article sur La croix.

16/11/2017

Émission « La Grande Librairie » avec Enki Bilal

Bel hommage à Françoise Héritier, puis les mots d’Enki Bilal sur Zérane S.Girardeau, « … qui a fait un boulot formidable », et sur le livre « c’est émouvant, c’est fort (…), un témoignage historique incroyable » (à partir de 1:27:00).

Consulter l’émission la grande Librairie (saison 10) de France 5.

10/11/2017

Interview de Françoise Héritier : « Un choc esthétique pour prendre conscience de l'horreur de la guerre. »

08/11/2017

« Déflagrations : la violence du monde, et ses espoirs, à travers le regard des enfants et de leurs dessins », par Olivier Favier

« Dégâts collatéraux », « victimes civiles »… Le regard et la parole des enfants emportés dans la tourmente d’une guerre sont souvent vite oubliés par les adultes. Une exposition, à Strasbourg, répare cette omission en accordant une place centrale au regard des enfants, par leurs dessins, sur certains des conflits les plus violents depuis un siècle. Représentation sans filtre des horreurs produites par l’humanité, leurs dessins ne s’en montrent pas, pour autant, dénués d’espoir. Et interrogent : « Nous sommes censés accompagner et protéger l’enfance, mais où sont nos révoltes devant tant d’humanités blessées ? »

Consulter l’article sur Bastamag.net.

05/11/2017

Journal du soir de Carolyn Höfchen & ARTE Junior

02/11/2017

« Le vacarme des dessins d’enfants sous guerre », par Nicola Mathey

« (…) les enfants aussi vivent et représentent les déflagrations guerrières, comme en atteste l’incroyable richesse du recueil de dessins d’enfants que Zérane S. Girardeau a recueillis dans cet ouvrage saisissant. »

Consulter l’article sur L’Humanité.fr.

28/10/2017

Émission « La voix est livre » – Rubrique Le kiosque des Libraires d'Anaïs Ballin (libraire l’Écriture)

À partir de 33’36

25/10/2017

Le billet de Catherine Portevin – Pendant que 'y pense « Déflagrations - Dessins d'enfants, guerres d'adultes »

« Ils sont à l’âge où l’on dessine des bonshommes à grandes mains, des maisons carrées avec la cheminée penchée dans la pente du toit, des soleils avec tous les rayons. Mais ils ont vu la guerre, de près : en Syrie, en Afghanistan, en Irak, au Darfour, au Nigeria, au Guatemala, au Liban, en Tchétchénie… Leurs bonshommes sont écartelés, gribouillés de traits furieux, la tête a disparu dans une tache rouge, partout les armes, chars, avions, le ciel est noir de flammes, la page est un chaos, le visage est un cri, l’enfant retrouve le geste de Picasso lorsqu’il peignit Guernica. »

Consulter l’article sur Philomag.com.

19/10/2017

« Les enfants sont des acteurs à part entière du phénomène guerrier », par Juliette Cerf

« Ce sont des dessins. Avec des têtes coupées, des viols, des bombes, des blessés… Des dessins de jeunes exposés à la violence des conflits armés. Comment les historiens travaillent-ils avec ces sources ? »

Consulter l’article sur Télérama.

13/10/2017

« La guerre à hauteur d’enfant »

10/10/2017

« Déflagrations, dessins d’enfants, guerres d’adultes », un livre de Zérane S. Girardeau

« Si l’on considère l’art comme une activité humaine s’adressant délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l’intellect, alors certains dessins de ce livre résonnent en nous comme de véritables œuvres artistiques à la portée historique. »

Consulter l’article :

« Déflagrations, dessins d’enfants, guerres d’adultes », un livre de Zérane S.Girardeau

09/10/2017

Rubrique « Rendez-vous culture » de Sarah Tisseyre

« Déflagrations, c’est la parole donnée aux enfants qui témoignent à leur manière d’un siècle de violences de masse. Sous ce titre a paru récemment un livre bouleversant rassemblant 150 dessins réalisés par des enfants en période de conflit, depuis la première guerre mondiale jusqu’à la Syrie ou le Nigeria aujourd’hui. C’est aussi une exposition. »

Écouter le podcast sur rfi.fr.

06/10/2017

Journal du soir

Lancement de l’exposition « Déflagrations » à la Médiathèque André Malraux de Strasbourg.

06/10/2017

« La vérité sort des dessins d’enfants », par Jean-Claude Vantroyen

03/10/2017

« Quand des dessins d’enfants racontent l’horreur de la guerre », par Chloé Thoreau

« Certains (dessins) sont maladroits, flous, comme réalisés dans l’urgence. Comme un besoin irrépressible de dire et montrer que la peur habite sous leur toit, si ce dernier n’est pas encore tombé. D’autres dessins sont d’une précision terrible, miroirs d’une violence inouïe où chaque détail dit le traumatisme vécu. Et parfois, on perçoit, sous le coup de crayon enfantin, cette envie bouleversante de croire que ce n’est qu’un mauvais rêve. D’oublier la monstruosité de l’homme en masquant la guerre sous les traits d’un monstre ou d’un dragon. »

« Déflagrations est un livre nécessaire pour faire entendre à nos esprits engourdis par l’excès d’information et son absence de hiérarchisation, le cri silencieux de ces enfants. Eux, dont les malheurs nous paraissent parfois si abstraits. Les chiffres, les images, les noms que nous mettons sur la barbarie qui gronde, loin de chez nous, ne nous laissent qu’un bruit de fond à peine perturbant. Devant ces dessins criants de vérité, pourtant, naissent l’incapacité de détourner le regard, l’impossibilité d’ignorer. »

Consulter l’article sur Les Inrocks.

Octobre 2017

Enfance en guerre, par Ariane Mathieu

« Des arbres, des « soleils », des familles se tenant par la main, tout cela dessiné au crayon ou au feutre de couleur. L’univers de l’enfance est là, mais les engins dans le ciel sont des bombardiers, les personnages portent des képis, tiennent entre leurs mains des mitraillettes ou des machettes, l’école est en flammes. Les « bonshommes » crayonnés sont maigres, mutilés, leurs membres disloqués. Ils fuient dans un champ de sorgho, dans une ville encerclée. »

« Depuis plus de trois ans, Zérane S. Girardeau a rassemblé des centaines de dessins d’enfants, victimes, témoins, parfois acteurs des conflits du XXe et du XXIe siècle en un véritable fonds d’archives. Dans l’exposition qu’elle coordonne, plus de 200 dessins sont donnés à voir. Artistes et écrivains répondent à ces « voix de papier » (Boubacar Boris Diop, Ernest Pignon-Ernest, Linda Lê, Erri De Luca ou Enki Bilal). (…) »

Consulter l’article sur L’Histoire.fr.

29/09/2017

« Les guerres vues à hauteur d'enfant », par Marianne BLIMAN

« La Syrie, l’Afghanistan, l’ex-Yougoslavie, le Rwanda, le Liban, le Salvador, mais aussi l’Espagne, la France et l’Allemagne… Avec quelque 150 dessins, « Déflagrations » nous immerge dans un siècle de guerres vues, vécues, subies par des enfants. Des dessins qui aimantent le regard, sur lesquels on revient sans cesse (…) »

Consulter l’article sur Les Échos.fr.

25/09/2017

Journal « 64' Le monde en français » – Grand Angle